Actualités

Partager sur :

Charles NODOT, (LY-BIM 2022) Membre d'Objectif21

01 décembre 2020 Talents
Vue 11 fois

FAIBLE POURCENTAGE DE RECYCLAGE D'UNE GRANDE DIVERSITÉ DE DÉCHETS 

Aujourd’hui, seuls 20% des déchets plastiques produits en France sont recyclés. Essayons de comprendre à quelles difficultés se heurtent les recycleurs en France et dans quelle mesure la situation pourrait changer.

 

Une grande diversité de déchets

Il existe bien plus de sortes de plastiques que de bois ou de métaux. De manière générale les plastiques sont des polymères (ou résines) où leur association permet de répondre à des usages spécifiques. Par exemple, le polytéréphtalate d’éthylène (PET) est très souvent utilisé dans les bouteilles d’eau. De plus, des plastifiants, des charges et additifs sont souvent ajoutés aux polymères pour améliorer leurs propriétés. Ainsi, un polymère existe sous différentes formulations. Pour le recycler, il doit être isolé des autres polymères et additifs. C’est aussi ce degré de pureté du polymère qui déterminera la qualité de la matière recyclée.

L’exemple Starbucks Pour illustrer la difficulté des recycleurs à balayer la diversité des déchets plastiques existants, les gobelets Starbucks sont un bon exemple. L’intérieur des gobelets en carton est doublé d’une fine couche de polyéthylène. Cette couche ne pouvait être aisément séparée du carton et recyclée. L’enfouissement ou l’incinération restaient des alternatives plus viables économiquement. C’est seulement face à la pression de l’opinion publique, que Starbucks passera au Royaume-Uni un accord en 2017 avec Veolia pour recycler ces gobelets usagés.

Le paradoxe de l'approvisionnement

En France, environ 3 millions de tonnes de déchets plastiques sont produites chaque année, et seulement 600 000 tonnes sont recyclées. Plutôt que d’être généralistes, les recycleurs de plastiques en France se positionnent sur une résine ou un type de déchet (ménagers, agricoles). Ce placement spécifique et le manque d’exploitation de certains gisements plastiques peut leur poser des problèmes en matière d’approvisionnement en « matières premières », ce qui les oblige à recourir à l’importation de matières plastiques pour traiter des volumes suffisants.

La concurrence des résines vierges

Les résines vierges s’échangent sur un marché international hautement concurrentiel. Ainsi, la principale variable de coûts de ces résines est le prix du pétrole. Ces résines étant incontournables, les résines recyclées s’alignent et subissent en plus une décote en fonction de leur qualité. Les recycleurs sont donc tributaires des prix du pétrole et peuvent avoir des difficultés à répercuter leurs coûts de production sur leur prix de vente.

Le coût de la main d’œuvre

Le faible coût du transport maritime permet d’exporter à peu de frais ces matières à recycler vers des pays où le coût du travail est plus faible qu’en France. Plus généralement, les pays développés exportent leurs déchets plastiques vers les pays en voie de développement à cause de ce différentiel du coût du travail.

La petite taille des acteurs

La majorité des acteurs français sont des TPE et PME. Ainsi ces acteurs sont trop « petits » pour effectuer des économies d’échelles, multiplier les débouchés et favoriser l’innovation par la R&D.

Un fort potentiel de développement

Malgré ces difficultés, le marché des plastiques recyclés est prometteur ! La création et pérennisation de filières REP (Responsabilité Élargie du Producteur), où la gestion des déchets est directement financée par des producteurs d’objets de même nature, permet d’augmenter la quantité de déchets dont le plastique qui seront recyclés. Par exemple, la filière VHU (Véhicules Hors d’Usage) a amélioré le recyclage des carcasses autos. De plus les matières plastiques recyclées issues de cette filière ont comme clients privilégiés les producteurs de cette même filière. Grâce à ce système il devient alors possible de mettre en place une véritable économie circulaire !

Donc à moyen-terme, le recyclage des matières plastiques restent un formidable levier d’innovations et de créations d’emplois qui pourra être développé dans les prochaines années.

Charles NODOT

 


 

Bibliographie :

Deloitte & Touche, Analyse de la chaîne de valeur du recyclage des plastiques en France, mars 2015, consulté sur https://www.ademe.fr/analyse-chaine-valeur-recyclage-plastiques-france

Au Royaume-Uni Veolia recycle les gobelets jetables, juin 2017, consulté sur https://www.veolia.com/fr/actualites/recyclage-gobelets-costa-starbucks-royaume-uni

Cadre général des filières à responsabilité élargie des producteurs, décembre 2019, consulté sur https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/cadre-general-des-filieres-responsabilite-elargie-des-producteurs 




J'aime

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.

Proposer une actualité