Actualité

Vue 1485 fois
04 octobre 2019

Guillaume ADAM (LY GMD 2015) - RUN IN MOTION

Je suis Guillaume Adam, passionné de sport et d’innovation. Le sport a été pour moi un formidable outil de développement personnel. Aujourd’hui, je transmets ma passion et souhaite permettre à chacun de s’épanouir par le sport, et le running en particulier, à travers l’application RunMotion Coach que j’ai créé.

 

Vous êtes GMD 2015, quel a été votre parcours depuis votre diplôme

J’ai terminé mon aventure universitaire par les Universiades (l’équivalent des Jeux Olympiques Universitaires), en Corée du Sud, un évènement avec près de 10 000 sportifs. Je bats là-bas le record de France Universitaire du 1500m (3’42. L'année suivante, je me consacre entièrement à l’athlétisme avec l’objectif de participer aux Jeux Olympiques 2016. Il m’a manqué 2 secondes pour la qualification, mais ce fut une belle expérience. J’ai ensuite eu l’opportunité de partir à Boston, où j’ai participé à un projet de recherche sur la prédiction de performance en course à pied au MIT. Allier ingénierie et sport, le rêve ! C’est depuis Boston que j’ai commencé à développer le concept de RunMotion Coach, avant un retour en Savoie d’où je suis originaire.

 

Vous avez suivi une section sport-études à l’INSA, dîtes-nous en un peu plus sur votre parcours sportif à l’INSA et après l’INSA.

En arrivant à l’INSA, je franchis un cap : mes premières médailles arrivent en championnats de France junior d’abord sur 800 mètres, puis sur la distance supérieure, le 1500m. J’ai eu la chance de courir dans des courses prestigieuses avec Pierre-Ambroise Bosse ou avec les champions olympiques du 1500m, médaillés en 2012 et 2016. En 2013, j’ai été sélectionné en équipe de France d’athlétisme sur 1500m pour les Jeux de la Francophonie.
Depuis l’an passé, je me suis lancé de nouveaux défis sur marathons et trails (2h28 à Lausanne). Mon prochain marathon sera celui de New-York en novembre 2019.

 

Vous êtes un coureur reconnu et chevronné. Un coureur ingénieur, ça existe réellement ? Comment concilier les 2 activités de façon harmonieuse ?

Aujourd’hui je mets la priorité sur l’ingénierie et j’arrive à conserver un bon niveau en course à pied avec un entraînement qui va à l’essentiel. Le plus difficile, c’est la récupération entre les entraînements, donc je dépasse rarement les 80km de course à pied par semaine. Nous sommes de nombreux insaliens à exercer notre métier d'ingénieur dans nos sports de prédilection. J’ai récemment rencontré Bruno Marie-Rose, Directeur SI pour Paris 2024, qui a été recordman du monde du 4x100m. Je pense aussi à François Gabart ou Jean-Christophe Peraud...

 

Vous êtes créateur d’une application de coaching sportif, d’où vient cette idée ?

J’ai eu l’idée lors d’un footing avec mon frère jumeau. Nous avons constaté que de plus en plus de proches nous demandaient des conseils dans leur pratique et nous avons noté des similitudes dans leurs profils : besoin d’un plan d’entraînement adéquat, conseils sur la nutrition, conseils d'organisation… d’où l’idée de proposer un service sur-mesure et une application mobile s’adaptant à la vie du coureur. Nous avons aujourd’hui plus de 15 000 utilisateurs.

 

La fibre d’entrepreneur, c’était déjà en vous ? Ou bien sont-ce les hasards de votre parcours qui vous ont amenés à cela. Racontez-nous…

Je me rend compte qu’il y a beaucoup de points communs entre sport de haut-niveau et entrepreneuriat : rêver, persévérer, s’entourer des bonnes personnes… Je n’étais pas forcément attiré par l’entrepreneuriat pendant les études, mais j’ai côtoyé des entrepreneurs français à Boston et mon frère est responsable d’un accélérateur de startup à Chambéry. Baigner dans ce milieu après les études m’a clairement aidé. Nous avons la chance en France d’avoir des structures dédiées à l’accompagnement pour passer de l’idée à la création d’une startup (par exemple des incubateurs...).

 

Des souvenirs marquants de vos années INSA ?

Je suis parti une année en Erasmus à l’Université de Birmingham (Grande-Bretagne), une expérience incroyable. Chaque mois, l’université mettait en valeur le sportif du mois puis le sportif de l’année. A mon retour à l’INSA, j’ai proposé à Michel Bouvard, alors Directeur de la SSHN, d’importer le concept pour mettre un peu plus en valeur nos sportifs et la SSHN. Nous l’avons mis en place ensemble à l’INSA. C’était pour moi une manière de rendre un peu à l’INSA tout ce que l’école a pu m’apporter. Aujourd’hui, je surveille les excellents résultats des étudiants sportifs, grâce à leur mise en avant dans la newsletter de l'INSA.

Et au fait, pourquoi l’INSA ?

Je souhaitais intégrer une prépa aménagée pour le sport de haut-niveau et le fait d’avoir une section Sport de Haut-Niveau accessible dès le Premier Cycle m’a convaincu de rejoindre l’INSA. J’ai également eu la chance d’avoir un bon groupe d’entraînement sur la Doua, créant une émulation à la fois dans les études et dans le sport.

 

Un conseil pour les plus jeunes qui viennent d’avoir leur diplôme ?

J’aime bien la citation de Confucius : “Choisis un travail que tu aimes, et tu n’auras pas à travailler un seul jour de ta vie.”

Pouvoir allier passion et ingénierie est une chance. Si le métier de vos rêves n’existe pas encore ou si vous n’y avez pas accès, créez-le !

 

A vous la conclusion…

Je crois qu’il n’y a pas un mois où je ne rencontre pas un nouvel Insalien dans des évènements professionnels. L’INSA est une grande famille et c’est enrichissant de découvrir le parcours de chacun.

Au plaisir de vous rencontrer !

Guillaume ADAM (LY-GMD 2015)

 


Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.